Broken World


 

Partagez | 
 

 Errance [Damon]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Azel

MessageSujet: Errance [Damon]   Mar 4 Déc - 13:53

Il faisait froid...

C'était l'hiver auraient dit certains, bien au chaud dans leurs intérieurs à siroter leur chocolat chaud, il n'avait pourtant eut qu'un infime aperçu de ce que le gamin était forcé d'endurer depuis plusieurs jours.

Quand Azel avait quitté chez lui, il faisait encore relativement doux. En se protégeant bien du vent, à l'abri derrière les murs d'une vieille usine abandonnée il parvenait à s'isoler suffisamment du froid pour passer une nuit correcte. Les lieux étaient un peu lugubres mais son imagination n'était pas suffisamment développée pour s'imaginer des fantômes qui viendraient dans le seul but de lui grignoter les orteils, aussi ses nuits avaient-elles été plutôt tranquilles jusqu'à ce que les températures chutent brusquement.

Il y avait d'abord eut la pluie qui l'avait forcé à rester enfermé un maximum pendant des jours. Bien sur, il aurait très bien pu sortir malgré tout mais il n'appréciait pas du tout de se faire mouiller le crane, ça lui rappelait trop l'époque ou sa mère le traînait de force sous la douche qu'elle lui faisait prendre glacée, ne manquant pas de lui adresser des pluies de reproches par la même pour des raisons qui lui échappaient bien souvent. S'étant forcé tout de même à sortir au moins une fois par jour il n'avait pas été en mesure de trouver grand chose pour se remplir l'estomac. Il y avait ensuite eut le vent qui hurlait au point que le gamin n'avait pas pu dormir aussi bien que d'habitude, persuadé à plusieurs reprise d'avoir entendu des bruits signalant la présence d'envahisseurs dans son abri. Enfin il y avait eut le gel. Non content de l'avoir fait chuté assez durement en tordant sa jambe blessée, depuis l'apparition de celui-ci le petit avait l'impression qu'il ne ressentirait plus jamais la chaleur de toute son existence. Les nuits étaient difficiles et les journées étaient à peine mieux. Sortir se nourrir ou essayer de grappiller un peu plus de la lumière du soleil était devenu une difficulté quotidienne, aussi de plus en plus le gamin restait-il enfermé à grelotter entre ces quatre murs nus sans même prendre la peine de se nourrir. Aujourd'hui encore ça avait été le cas. Il n'avait voulu manger et s'était roulé en boule dans le coin le moins froid qu'il avait pu trouver, crevant la dalle et tremblant de tout ses membres, peut-être cette nuit aurait-elle été sa dernière si un bruit n'avait pas attirée son attention.

Le louveteau se redressa, nez au vent sans qu'aucune information olfactive ne lui parvienne. Celui ou celle à l'origine de ces bruits était trop loin pour qu'il l'identifie aussi facilement, le petit se leva péniblement, grimaçant de douleur à chaque pas alors que sa jambe supportait à peine son poids. Il quitta la pièce qui lui servait de chambre à coucher puis s'orienta grâce aux bruits que faisaient l'autre en se déplaçant.

Le petit loup n'eut aucun mal à trouver l'endroit ou l'envahisseur se trouvait. Il n'avait eut qu'à tendre l'oreille et alors qu'il était encore à couvert l'odeur lui frappa soudainement les narines. Le petit se figea, à la fois attiré et terrorisé par le parfum de ce qu'il identifia aussitôt comme étant un autre loup. Un grognement monta aussitôt au creux de sa gorge alors qu'il se déplaçait pour faire face à l'envahisseur. Si le gamin tentait de se faire impressionnant, le moindre mouvement de l'autre lui arrachait des sursauts nerveux.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Damon Di Angelo
Ωmega Day  

MessageSujet: Re: Errance [Damon]   Mar 4 Déc - 14:41

Qu'est-ce qui, pour vous, pourrait justifier un suicide?
Si le monde se partage clairement entre ceux qui appellerait l'acte "courageux", et ceux qui le qualifieraient plus de "lâche", il ne s'agit pas ici de jouer les rivalités. Que vous soyez pour ou contre le concept de mettre fin à ses jours volontairement, il y aura sans doute une limite à vos revendications. Vous, qui pensez que les victimes du suicide furent courageuse d'oser franchir le pas, tiendrez-vous le même discours pour quelqu'un qui se flinguerait pour un dessin froissé? Et vous autres qui êtes convaincus que de se tuer est une abomination, jetterez vous des pierres à celui pour qui il ne reste plus rien que les souffrances de l'agonie déciderait de s'en délivrer? Alors, je vous le demande; qu'est-ce qui, à vos yeux, pourrait justifier un suicide?

La question tournait dans la tête trop pleine et tourmentée du jeune lycan répondant au nom de Damon Di Angelo. Di Angelo, non plus Di Agalo, comme fût un temps. Il aimait toujours Alessio. Il l'adorait. C'est d'ailleurs pour cela qu'il n'avait plus la force de porter son nom, ne serait-ce que partiellement. Alessio... Son Alessio n'était plus que le souvenir d'un sourire constant. D'un appétit sans limite. De jeux à lui faire perdre la tête. Alessio... Alessio et Lucyan. Damon avait promit de le protéger. Je suis là, lui avait-il dit. N'ai pas peur, je suis là, je vais te protéger, ils ne te feront jamais aucun mal. Mais Lucyan, aussi, n'était plus qu'un souvenir à présent. Alessio... Alessio et Lucyan... Alessio, Lucyan et Calista... Elle aussi, il lui avait fait le serment de la protéger malgré les plaintes des deux autres à son sujet. Et il avait raté. Elle aussi n'était rien qu'un souvenir, à présent. Tout lui manquait. Les bouderies, les pleurs, les caprices, les mini-disputes... Tout lui manquait. Ca faisait mal.. Trop mal pour que Damon puisse avançait... Et pourtant, il marchait encore. Il aurait tout donné pour entendre Lucyan réclamer des bonbons en pleurant encore. Il aurait tout donné pour entendre Alessio rire à pleine gorge à l'une de ses propres blagues, la bouche pleine. Il aurait tout donné pour entendre les deux faire une crise de jalousie contre Calista, qu'il n'avait même pas eu le temps de connaître. Mais c'était impossible. Il les avaient perdu. Il avait tout perdu. Encore une fois.

Qu'est-ce qui, à vos yeux, justifierait un suicide?
Perdre sa famille à deux reprise? Sans doute ça suffisait à Damon. Il était sur le point d'abandonner. Il ne sentait plus le froid, il n'avait jamais sentit la faim. Il ne voulait plus sentir. Il ne voulait plus souffrir de ses souvenirs. Il ne voulait plus souffrir de son incapacité à protéger ceux qu'il aimait. La vérité était qu'il avait toujours été le problème. Il l'avait été lorsqu'il était petit, il l'avait été pour ses parents. Il l'avait été pendant la guerre, il l'avait été pour sa famille. Il l'était pour lui-même. Restait-il seulement des membres de la meute? Une question à laquelle il ne pourrait sans doute jamais répondre, il les avait abandonné. Il n'avait plus la force de vivre, alors à quoi bon tenter de maintenir les autres en vie? Il n'y arriverait pas de toute façon. Il n'arrivait jamais à rien.

Était-ce le brouillard? Non, c'était lui. Il pleurait. Il se noyait dans ses larmes. Parce qu'il n'était capable de rien d'autre que de pleurer. De s'étouffer dans ses larmes salées qui l'aveuglait. Il marchait. Il marchait. Il marchait... Puis il s'effondra. Il s'effondra parce qu'il ne voulait plus marcher. Parce qu'il ne voulait plus se fatiguer. Parce que, de toute manière, il ne marchait pas, il boitait. Parce qu'il voulait revoir sa famille. Il voulait revoir sa mère... Son père... Son Alessio... Son Lucyan... Sa Calista... Il voulait les rejoindre. Pourquoi étaient-ils partis sans lui? Ils n'avaient pas le droit... Damon était faible sans eux. Il était faible et incapable. Incapable de respirer. Incapable de vivre. Incapable de voir. Incapable de rien. Il était même incapable d'essayer de devenir capable de quelque chose. Il allait mourir. C'était la dernière chose qu'il se voyait pouvoir faire. Il s'allongerait. Attendrait la faim. Le froid. L'arme. La corde. La maladie. Le mirage. Le soldat. Il attendrait l'ange de la mort. L'enfer? Le diable? Ou Hadès, pour lui.

Mais cette odeur... Damon se redressa, ne pleurant plus. Il n'avait plus la force de gémir de douleur. Sa jambe, son coeur... Tout lui faisait mal. Mais il n'avait plus que les larmes. Il chassa ses dernières pour apercevoir la petite silhouette qui grognait. Ca ne sentait pas comme lui, mais le jeune loup n'était pas à même d'y penser.

L...ucyan?


Non, ça n'était pas Lucyan... C'était un mirage. Attendez... Non. Ca n'était pas un mirage. C'était bien un louveteau. Ca n'était pas ce louveteau. Les cheveux un bataille, les lèvres gercée, bleues, tremblantes. Le regard pétillant, submergé de larmes. Sans doute plus maigre qu'il le fût avant, plus pâle. La jambe ouverte laissant des gouttes de sang derrière  son passage, parce que Damon n'avait pas eu envie de se soigner, heureusement n'était-ce pas si grave. Le brun avait l'air d'un mort vivant. Il était pathétique. Il n'en avait rien à faire, de toute manière. Il s'assit et soupira, calculant à peine l'état du plus jeune.

Ah... Si tu attends un peu, tu auras de quoi manger, j'imagine...


Parce qu'il s'en était rendu compte, tout de même. Parce que lorsque l'on a faim on pardonne le cannibalisme. Parce qu'il allait mourir. Parce que c'était un gosse qui n'avait rien demandé. Parce que Damon avait trouvé la réponse à sa question. Parce qu'il savait, maintenant, ce qui, à ses yeux, pouvait justifier un suicide.

.......................................................................
This is  gospel for the Fallen ones locked away in permanent slumber

Assembling their  philiosophies   from pieces of  broken  memories
Revenir en haut Aller en bas
http://broken-world.forumgratuit.fr/t193-mega-day-validee
avatar
Azel

MessageSujet: Re: Errance [Damon]   Jeu 6 Déc - 19:59

Azel aurait dû avoir peur et d'une certaine manière c'était le cas. Pourtant l'homme qui se tenait face à lui était bien trop pathétique pour qu'il le craigne réellement. Qu'il n'y voit là aucune offense.

L'instinct de Azel lui soufflait que l'autre allait bientôt mourir, pas parce que sa blessure était grave mais parce qu'il semblait être résigné à accueillir sa fin comme s'il ne pouvait faire autrement. Le petit loup ne connaissait pas grand chose de la vie. La dépression, le suicide et même la mort étaient des concepts abstraits à ses yeux mais il ressentait simplement les choses, que ce loup là ne serait bientôt plu et quelque chose en lui soufflait que ce n'était pas bien.

Azel cessa de grogner et s'approcha doucement. Il n'avait pas fait attention à l'affirmation de l'autre, il n'avait pourtant pensé qu'à manger depuis des jours, il aurait dû se réjouir qu'une opportunité se présente alors qu'il était sur le point de s'effondrer de fatigue et de faim quand bien même s'il avait su ce que l'autre sous entendait réellement qu'il aurait tout de suite perdu l'appétit. L'enfant se posta à deux pas de l'adulte et l'observa.

De toute sa courte vie le gamin n'avait jamais vu figure aussi pitoyable que celle qui lui faisait face. L'homme avait le visage baigné de larmes, tout comme sa mère autrefois alors qu'elle le regardait comme s'il était la pire chose qui lui avait été donnée de voir. Pourtant il ne ressentait pas le même sentiment chez le lycan que chez sa génitrice. Une tristesse qui faisait écho à celle qu'il n'avait que trop ressentie alors que même si jeune il s'était demandé pourquoi il était né si personne ne voulait de lui.

Alors qu'il ne se sentait que trop proche du lycan blessé, le petit loup sembla soudainement déterminé à ce que le brun n'abandonne pas la partie. Oubliant sa propre faiblesse et sa jambe qui lui faisait mal il quitta le bâtiment d'un pas le plus vif possible et s'absenta dix, vingt minutes peut être avant de revenir.

Sa détermination lui avait permit de trouver un sandwich à peine entamé dans une poubelle. Si on oubliait la provenance douteuse du met, c'était une chance inespérée que de trouver tel trésor alors qu'on crevait la dalle comme c'était le cas pour Azel. Pourtant le petit n'avait même pas prit une bouchée alors qu'il n'était pas sur d'avoir encore la force de chercher à manger après ça. Le louveteau plaça le sandwich entre les mains du brun avec détermination en lui jetant un regard appuyé qui ne pouvait que signifier qu'il voulait qu'il mange.

L'odeur du lycan frappa le petit alors qu'il était maintenant à côté de lui. Il n'avait jamais vécu qu'au milieu des humains, souffrant comme tous les loups solitaires d'un manque impossible à combler. Se sentant soudainement apaisé et mut par son instinct le petit se blottit contre le loup adulte, poussant un soupir de soulagement.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Damon Di Angelo
Ωmega Day  

MessageSujet: Re: Errance [Damon]   Jeu 6 Déc - 21:44

Au final, l'une des rares choses en quoi le lycan croyait encore étaient ses Dieux. Ces mêmes qui semblaient l'ignorer royalement lorsqu'il implorait qu'on l'aide. Pourquoi est-ce qu'il s'y accrochait tant, alors, au final? Au fait, c'était l'un des rares souvenirs qu'il avait de ses parents. Il se souvenait collectionner le peu de figurines que ces derniers lui avait offert, qui sait d'où, et de passer ses journées entière à jouer avec elles, ou à être lui-même l'un de ces puissants personnage régnant au sommet du mont Olympe, lorsqu'il ne fatiguait pas ses parents avec leurs histoires. Et que ce soit leur œuvre ou non, il avait bien été sauvé quand le reste de sa meute avait passé l'arme à gauche en ne se fiant qu'aux "signes" qu'il prétendait que le ciel lui envoyait. Alors si Damon ne considérait pas le gosse comme l'un d'eux lorsqu'il se présenta, il ne tarderait pas à percevoir, à travers cet enfant, un message d'un Dieu quelconque qui, pour une raison toute aussi quelconque, souhaiterait qu'il reste en vie. Sans doute était-ce parce qu'il était l'un des très très rares, voire le seul, à encore servir ces Dieux-là avec conviction.

A part un signe du ciel, qu'est-ce qui pousserait un gosse à devoir s'occuper de Damon? D'ailleurs, la situation était assez ironique... Le lycan avait fait de son mieux pour s'occuper d'enfants et il avait raté, se résignant à ne plus jamais en prendre un à charge désormais, et voilà qu'un petit garçon venait s'occuper de lui.

Après observation, il était visible que ce gamin était épuisé. Il n'avait pas l'état de Day qui était aggravé par son envie de mourir, lui voulait sans doute continuer à s'accrocher s'il le pouvait... Mais il était affamé, fatigué... Et pourtant, il courut hors de la vue de Damon pour revenir, plus tard, avec de quoi manger. Le lycan avait cru que le gosse s'était défilé pour ne jamais revenir, au commencement, il fût donc doublement surpris en le voyant ressurgir.

Ce regard que le jeune lycan lui adressa en plaçant sa moitié de sandwich dans les mains fit fondre le cœur de Damon. Cette innocence... Cette gentillesse... Il ne pouvait pas accepter. Pourtant, il sentait que refuser ne pourrait que blesser la graine de sauveteur qui s'était fatigué à trouver ce semblant de repas pour un homme qu'il ne connaissait ni d'Eve, ni d'Adam.

Damon contempla le sandwich silencieusement alors que le petit se blottissait contre lui. Comme si, peu importe ce qu'il ferait pour les ignorer, les enfants viendraient prier pour qu'il les prenne sous son aile. Le regard de Day virait de la nourriture qu'il avait dans ses mains et le petit lycan qui lui rappelait trop Lucyan. Et si... Il se donnait une deuxième chance? Une troisième, plutôt. S'il acceptait de se battre cette fois, encore? Si tout ça n'était pas une invitation qu'on lui envoyait à rejoindre les Enfers mais plutôt une épreuve? Le brun sépara le sandwich en deux morceaux assez inégaux, persuadé que le petit ne dirait rien à ce sujet, tendant la part la plus généreuse au jeune lycan contre lui

Tiens, tu en as besoin aussi.

En réalité, le lycan pensait bien que le plus jeune en avait bien plus besoin que lui-même, mais il ne dit rien à ce sujet.

.......................................................................
This is  gospel for the Fallen ones locked away in permanent slumber

Assembling their  philiosophies   from pieces of  broken  memories
Revenir en haut Aller en bas
http://broken-world.forumgratuit.fr/t193-mega-day-validee
avatar
Azel

MessageSujet: Re: Errance [Damon]   Ven 7 Déc - 15:42

Apaisé par la présence du loup adulte le petit lycan n'en oubliait pour autant pas de lui lancer des regards appuyés, oscillant du sandwich à sa bouche afin de faire passer un message évident : Le louveteau voulait qu'il mange.

Azel ne se posait même pas la question de pourquoi il voulait tant que cet inconnu survive, qu'il oublie ses tourments, aussi durs soient-ils à porter pour aller de l'avant. Le petit loup n'était de toute façon pas du genre à s'interroger, préférant agir davantage comme un animal que comme un humain, pas comme s'il en était un de toute façon. Se laisser porter par ses instincts était de toute façon bien plus facile que de s’apitoyer sur son sort car bien souvent on ne pouvait le changer et ça c'était sans doute pire à endurer que d'avancer envers et contre tout.

Le petit loup avait blottit son visage contre la poitrine de l'adulte. Il pouvait aisément sentir des effluves de sang mais aussi la peur et la tristesse qui l'avait habité ou l'habitait encore. Le petit s'en trouva confus, lui qui avait souffert de négligence n'avait par chance pas eut à affronter d'horreurs telles que celles s'étant déroulées à Eden Lake. Il n'était même pas capable d'imaginer qu'il puisse exister de telles choses dans ce monde aussi ne pouvant ni trouver les mots ni les gestes qui guérissent les plaies émotionnelles il s'appliqua à rester contre le brun, lui offrant sa maigre chaleur et son contact se voulant le plus réconfortant possible.

Alors que le petit loup ne bougeait plus, un véritable lien se créait entre les deux, enfin c'était surtout vrai pour le petit qui vivait un réel tournant dans sa courte existence. Imaginez vous séparé une vie durant de vos semblables, conscient d'un manque sans savoir d'où il venait puis soudainement mit au contact d'un autre être de votre espèce, devenant soudainement capable de communiquer avec autrui, d'échanger et surtout de vous sentir complet. C'était ce qu'il vivait à l'instant présent et sans doute était-ce l'unique raison qui poussait le louveteau à tant vouloir que le brun survive.

Le soulagement s'empara du petit alors que le brun acceptait finalement la nourriture qu'il lui avait portée. Il sourit alors qu'il prenait conscience que le lycan venait de retrouver la petite lueur qui lui permettrait de passer outre les épreuves afin de survivre. Un léger sourire vint se poser sur son visage d'ordinaire impassible alors qu'il acceptait de partager le repas de l'adulte, guère conscient de l'inégalité du partage, ayant à dire vrai trop faim pour refuser tant que l'autre continuait à se battre pour sa survie.

Une fois la nourriture avalée et toujours blottit contre l'adulte le petit se sentait beaucoup mieux. Certes, pas totalement sortit d'affaires s'il ne se sortait pas sérieusement de cette situation, toujours le ventre creux mais pour la première fois depuis des jours il n'avait plus aussi froid et même s'il avait toujours très mal à la jambe il était capable d'endurer la douleur mieux que personne.

Quelques minutes après avoir mangé, le petit secoua doucement la manche du lycan, lui jetant un regard interrogateur. Sa façon à lui de demander à l'autre son nom.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Errance [Damon]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Errance [Damon]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken World :: Partie RP :: Extérieur de la ville-
Sauter vers: