Broken World


 

Partagez | 
 

 Elysabeth Moki [VALIDÉE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Elysabeth Moki
Louve écarlate

MessageSujet: Elysabeth Moki [VALIDÉE]   Ven 25 Nov - 12:16

Elysabeth Moki





Surnom :Louve écarlateRace : Lycan
Âge : 10 ansGroupe : Résistant
Date de naissance : 1er Janvier

Arme :Ses crocs, ses jambes. Elle possède une certaine maîtrise d'un art martial sans nom, qui consiste à uniquement utiliser ses jambes.
Pouvoir(s) : Transformation lycane


P
h
y
s
i
q
u
e

Elyasbeth a le corps d'une enfant de 10 ans, à quelques détails près. Ses cheveux sont naturellement blanc, particularité rare y compris chez les lycans, et ses yeux sont d'un bleu pâle presque blanc. Elle n'est pas très grande et semble porter en permanence une tenue d'écolière blanc et bleu marine, ainsi qu'une casquette qui n'est pas sans rappeler celles de groupuscules militaires marins. Elle porte ses longs cheveux couleur neige assez longs, et toujours détachés.

Son visage impassible semble exprimer une inquiétude permanente. Pourtant, ses yeux ne se voilent jamais de peur ou de stress, et l'intégralité de son petit corps respire le calme et la sûreté. Si ses bras paraissent plutôt frêle pour une lycane, les cuisses et les mollets d'Elysabeth sont bien plus développés que ceux d'une enfant. Toute sa force réside dans la moitié inférieure de son corps. Elle est naturellement très souple, et peut facilement se faufiler un peu partout.

Une autre de ses particularité est la couleur de sa fourrure lorsqu'elle tente de se transformer en louve. Car oui, cette petite n'a pas encore saisit le sens même de la transformation, et elle ne la maîtrise quasiment pas. Aussi lorsqu'elle se transforme totalement en une louve à la fourrure rouge sang, il est fort probable qu'il s'agisse d'une transformation non désirée. La plupart du temps, une queue ou une paire d'oreilles s'échappes de son petit corps à l'aspect humain.

M
e
n
t
a
l

Calme, ou plutôt neutre, il faut dire que l'amnésie de la demoiselle l'affecte tout particulièrement. Sans repère, sans parents, la petite a une facheuse tendance à la mélancolie. Lorsqu'elle ne chasse pas, elle se met en haut d'une ruine et contemple le ciel, et contemple le gris. Aucune émotion ne traverse son joli visage, aucune vie n'existe dans ses yeux. Tourmentée elle se questionne bien souvent sur le sens de son existence, du moins jusqu'à ce qu'elle se laisse guider par ses instincts. Chasser, tuer, se nourrir.Courir, se laver, puis dormir. Ne sachant plus par qui ni comment Elysabeth fut élevé, sa vision du monde est à la fois très mâture comme enfantine. Ses métaphores sont parfois élaborées, d'autres transportent une candeur propre aux enfants de son âge.

H
i
s
t
o
i
r
e

Elysabeth ne sait ni d'où elle vient, ni qui elle est. Un jour, le premier jour de son existence dont elle ait le souvenir, était un jour de pluie. Depuis, elle aime beaucoup la pluie. Elle connaissait son nom, "Elysabeth Moki", un nom gravé dans son esprit comme une marque au fer rouge. Cela la brûlait, mais elle ne pouvait pas l'expliquer. Elle était toute habillée, dans un monde qui lui paraissait inhospitalier. Alors elle a marché, longtemps, jusqu'à ce que ses petits pieds ne puissent plus la porter. Mais elle se rendit vite compte que son estomac gargouillerait bien avant que ses pieds soient fatigués. En effet, ses jambes étaient très musclées, et après de longues heures de marches la petite se sentait à peine essoufflait. Elle arriva dans une ville, pensive, il pleuvait, beaucoup. Les nuages pleuraient. Un homme plus vieux et plus qu'elle essaya de l'attraper. Dans un réflexe que la petite découvrit, elle sauta en arrière en assénant un coup de pied au niveau de la tempe du bonhomme. Il s'écrasa à terre, le crâne éclaté. Elysabeth en ressentit une grande fierté, et bien avant qu'elle ne put y réfléchir, la vue du sang lui rappela quelque chose de familier. Presque contrôlée malgré sa volonté, la petite attrapa le couteau de chasse que portait l'homme et découpa quelques morceaux de son corps, avant de le manger. Le repas fut excellent ! Et c'est toute tachée de sang qu'elle continua sa route.

Peu à peu les gens qu'elle rencontrait la traiter de monstre, de "loup-garou". Elysabeth aimait bien les loups. Alors, elle était une louve. La réponse bien qu'incomplète était suffisant pour survivre dans l'esprit d'une enfant de dix ans. Ses pas la menèrent jusqu'à Eden Lake. Visiblement, Elysabeth savait lire les panneaux, chose qu'elle n'avait pas encore expérimenté. Elle était même étonné de connaître certains mots, comme lecture ou écriture. Mais si sa vie la ravissait de multiples façons, quelque chose au fond du coeur de la petite louve lui faisait mal. Comme un manque, un vide, mais pas le même vide que lorsqu'elle avait faim. Non, il y avait autre chose.

Une fois arrivée à Eden Lake, la louve constata avec surprise qu'il n'y avait pas que des loups et des humains dans ce monde, mais bien une multitude de créatures toutes plus intéressantes les unes que les autres. Vampires, lycans, démons, esprits, autant de choses qu'Elysabeth ne connaissait pas ! C'était bien. Mais une fois de plus, la solitude gagna son coeur lorsqu'en essayant d'approcher des gens de ce qu'elle croyait être de son espèce, elle se fit chasser. Peinée et ne comprenant toujours pas la haine et les sentiments négatifs qui semblaient animer ses pairs, elle continua de tuer et de manger, ne différenciant plus lycans d'humains. Mais les hommes étaient plus fragiles et plus tendres, ils avaient meilleurs goûts. Bien vite, la couleur de sa fourrure lui valut de se faire nommer la "Louve écarlate".

Mais il y a maintenant toujours quelques semaines, la louve écarlate fit la rencontre d'un humain différent. Il était grand, il avait les yeux clairs, il avait même un petit renard sur l'épaule. Elysabeth hésita avant de l'attaquer. De nouveaux sentiments étaient nés en elle. Ce grand brun avait une odeur, une forte odeur qui rappelait à la louve une douce chaleur, presque familière. Alors elle s'approcha, furtivement, mais la discrétion n'avait jamais été son point fort. Elle se fit repérer, mais contre toute attente, l'humain n'était pas agressif. Plus elle le regardait, plus ses yeux étaient absorbés par une fascination incontrôlée. Quelque part au fond d'elle, son instinct lui dictait qu'elle devait rester auprès de lui. C'est alors qu'elle fit la connaissance de Ludwig Heisenberg, chef de la résistance. Même si le principe même de la résistance échappait à Elysabeth, comme celui de l'Ombre, elle accepta de suivre ce mâle dans un grand bâtiment. Il allait lui confier des missions, et elle allait toutes les remplir. Même si la nuit la lycane continue de se nourrir par ses propres moyens, souvent en tuant des humains qui ne font pas partis de la résistance, elle écoute chaque conseil de son nouveau mâle alpha, et ce, depuis un tout petit mois.
Revenir en haut Aller en bas
http://broken-world.forumgratuit.fr/t86-elysabeth-moki-non-termi
 
Elysabeth Moki [VALIDÉE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken World :: Accueil :: Présentations-
Sauter vers: