Partagez | 
 

 [Prédéfini] Jessie Kane

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Staff
Admin

•Race : Aucune
MessageSujet: [Prédéfini] Jessie Kane   Lun 12 Déc - 10:59

Informations
Nom et prénom : : Kane Jessica (Jessie)
Âge : 24 ans
Race : Humaine (avec des origines démoniaques lui conférant un pouvoir)
Groupe : Résistance
Pouvoir : Pouvoir de matérialisation de son imagination
Physique
Physique et avatar négociables ? : Physique comme avatar sont entièrement personnalisables
Taille : ...
Corpulence : ...
Cheveux :  Longueur, couleur
Yeux :  Couleur
Signe(s) distinctif(s) : Tatouage, tache de naissance, accessoire particulier, etc...

  • Calme
  • Réfléchit
  • Froide
  • Compétente
  • Haineuse
  • Calculatrice
  • Solitaire
  • Perturbée
HISTOIRE

-Maman il y a une drôle de dame dans ma chambre, ses pieds ne touchent pas parterre...

C'est comme ça que tout à commencé. Au début ma mère ne s'est pas inquiétée de mes trop nombreuses remarques. Elle avait mit ça sur le compte d'une imagination trop fertile, je venais d'avoir 6 ans et sans doute que suite à la naissance de mon petit frère j'étais en recherche d'attention, ça me passerais disait-elle.

Les années ont passé et ça ne m'est pas passé. Chaque nuit j'étais la proie de multiples apparitions la plupart du temps cauchemardesques. J'étais terrifiée et mes parents désemparés. Bien sur aucun d'eux ne voulut admettre que ce que je vivais pouvait être réel et comment les blâmer quand je n'étais même pas sure d'y croire moi même.

C'est à mes 10 ans que la valse des médecins et des pilules à commencée. Je retrouvais enfin un peu de sérénité dans mon quotidien en l'absence de mes visions mais j'étais tellement abrutie par les médicaments que je n'étais plus vraiment capable de grand chose. Quand je voulu les arrêter tout recommença avec plus de force encore, quand les visions commencèrent à s'en prendre physiquement à moi et que mes parents découvrirent les blessures qu'elles m'infligeaient, ils ne me crurent pas davantage que par le passé, pire encore, ils se sentaient cette fois trop dépassés par leur fille folle. C'est avec beaucoup de douceur qu'ils m'expliquèrent que j'étais malade et que je devais aller quelque temps à l’hôpital. Je protestais, je ne me sentais pas malade, il devait y avoir une autre solution mais ils ne voulaient pas la chercher avec moi. La semaine suivante ils m'accompagnèrent dans un grand bâtiment blanc. "L'asile de fou" comme on l'appelait entre enfants. Je protestait encore, je n'étais pas folle affirmais-je, mes parents me rassurèrent en me disant qu'ils savaient que je ne l'étais pas mais dans leur regard je pouvais lire qu'ils ne croyaient pas ces mots.

Les mois qui suivirent furent parmi les plus marquants de mon existence. Il ne s'y passa pourtant pas grand chose, à l'hôpital j'étais traitée comme une petite chose fragile, droguée, surveillée et si quand j'admis ne plus avoir de vision le médecin jugea mon état satisfaisant, il me prétendait toujours trop instable pour reprendre le cours de mon existence.

Les mois se succédèrent un à un pendant lesquels j'étaient toujours prisonnière de cet hôpital. Les médecins avaient fini par diminuer la quantité de drogue qu'ils me forçaient à ingurgiter chaque jour et quand mes "hallucinations " étaient revenues, je n'en avait bien évidemment pas reparlé.

Peu de temps après je quittais cet endroit maudit pour retrouver ma famille, très heureuse de me voir guérie disait-il. Mais leurs regards n'étaient plus les même et je devinais dans leurs gestes et leurs attentions une forme de dégoût qui m'écoeurait plus quelle ne me peinait.

Les années passèrent et je ne parlait plus jamais de mes visions, lesquelles étaient quotidiennes. Je ne me rappelle plus exactement comment j'appris que je pouvais les contrôler, mais très vite j'excellais dans cet art et mes visions ne furent alors plus source de crainte mais d'un grand réconfort, d'ailleurs comme je l'apprit dans la foulée je n'étais plus obligée de donner vie à mes peurs mais je pouvais également donner vie à mes bonheurs grâce à ce pouvoir, car c'est bien de ça qu'il s'agissait.

Quand j'atteignit la majorité j'abandonnais derrière moi cette famille hypocrite et prenais le premier travail et le premier appartement venu pour m'en éloigner. J'étais soulagée d'échapper aux regards interrogateurs de ceux qui s'attendaient à chaque instant à une rechute de ma part, comme si j'allais péter soudainement les plombs et agir comme la folle qu'ils voulaient que je soit. Ma nouvelle vie était d'une banalité affligeante et ça m'allait bien. Mes visions pas si visuelles étaient mon secret rien qu'à moi et j'étais seule à en profiter ce qui m'allait très bien.

Ma vie aurait pu continuer ainsi et ça m'aurait très bien été mais il avait fallut que j'entende parler d'Eden Lake. Je ne sais même plus comment j'avais entendu parler de cette aberration, je me souviens juste que l'évocation du caractère paranormal de cette ville avait été comme un électrochoc pour moi. Mes visions prenaient tout leur sens si on les abordait sous l'angle du paranormal et je n'était peut-être pas si folle que ça.

Le week-end suivant je prenais la route pour observer de plus prêt cette ville mystérieuse dont on ne revenait soit disant pas. Me sentant forte de mon pouvoir de visualiser tout ce que je voulais j'étais sure que je parviendrais à me créer une sortie. Que dire si ce n'est que j'avais tort ? L'extérieur de la ville tel que l'on le devinait avant de franchir sa frontière n'avait rien à voir avec ce qu'il y avait à l'intérieur. Franchir ses portes c'était comme entrer dans un autre monde avec de nouvelles règles avec lesquelles je ne savaient pas jouer. Malgré mon pouvoir je n'étais qu'une fille normale et non un... Monstre comme les créatures qui rodaient dans les rues.

Je ne sais pas par quel miracle je réussissais à survivre à mes premières 24 heures dans les rues de Eden Lake mais je suis sure que si je n'avais pas fait la rencontre de la Résistance je n'aurais sans doute pas survécu plus longtemps. Ils m'expliquèrent la situation en ville qui était l'histoire la plus dingue que j'eut entendue et pourtant en matière de dinguerie je m'y connaissais. Il ne me fallut pas très longtemps pour décider de rejoindre ce groupe. Les mois suivants furent consacrés à ma formation, je ne savait pas me battre, mais je possédait un atout de taille avec mon pouvoir. J'en apprit également plus sur les occultes et sur mes origines qui devaient compter un démon comme lointain ancêtre. Ma révulsion des occultes était telle que ça ne me plaisait qu'à moitié mais je n'avais pas vraiment le choix.

Quelques années plus tard, parfaitement formée et maîtrisant avec précision mon pouvoir j'étais fin prête à botter du derrière d'occulte.

(Précision pouvoir : Possibilité de créer et de manipuler n'importe quel produit de son imagination sur un court laps de temps.

Niveau 1 : Les créations ne sont visibles et ne peuvent interagir qu'avec le lanceur, souvent aux dépens de celui-ci

Niveau 2 : Les créations sont à présent visibles par tous et peuvent être manipulées par le lanceur bien qu'avec des résultats parfois aléatoires.

Niveau 3 (niveau actuel) : Les créations peuvent interagir avec tout être vivant, humains, occultes ou animal. Toutefois leurs actions sont limités à une durée de deux minutes. Toute perte de concentration amène à la disparition de la création.)

NOM Prénom
Occupation
Relation
fiche

NOM Prénom
Occupation
Relation
fiche

NOM Prénom
Occupation
Relation
fiche

Liens potentiels
Revenir en haut Aller en bas
http://broken-world.forumgratuit.fr/
 
[Prédéfini] Jessie Kane
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» Kane Vs John Morrison
» Elizabeth - Jessie
» [fini]Baptème d'Azurely

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Broken World :: Accueil :: Vie du forum :: Demandes de RP/personnages-
Sauter vers: